Accueil > Wordpress > WordPress : surveiller la santé de son site

WordPress : surveiller la santé de son site

Il m’est arrivé récemment une drôle de situation avec mon hébergeur OVH : l’accès à WordPress à tout simplement été suspendu !

Heureusement, bien avant l’envoi d’email de la part du support OVH, j’ai été prévenu par ma propre surveillance du site.

Cela m’a permis d’accélérer la procédure avec OVH pour reouvrir l’accès au site au plus vite.

C’est certain que de recevoir un mail automatique d’interruption de service de la part de votre hébergeur, ça fâche 🙁

Pour surveiller ce type d’incident, j’utilise deux outils de la panoplie Google : FeedBulletin de Feedburner et Google Analytics.

Feedbulletin : le flux RSS de la santé de votre site

Il faut tout d’abord enregistrer son site WordPress dans Feedburner, pour accéder aux outils de marketing , de flux RSS et de monitoring via FeedMedic.

Ensuite, il suffit de s’abonner au flux RSS FeedBulletin de votre site WordPress avec votre agrégateur préféré, et si tout se passe bien, vous aurez pour résultat :

ALL CLEAR: FeedMedic Alert for lefantablog jeudi 4 mars 2010 10:57
Your Source Feed,
http://fanta78.lasnespace.com/feed/, is now working fine. Carry on! We will let you know if anything bad happens in the future.

Si par contre un problème survient, comme la coupure du site par votre chez hébergeur, votre flux RSS vous avertira immédiatement du problème – bien pratique !

PROBLEM: FeedMedic Alert for lefantablog mercredi 3 mars 2010 13:04
FeedBurner had trouble retrieving your Source Feed:
http://fanta78.lasnespace.com/feed/

The error message is:  Error getting URL: 403 – Forbidden


Google Analytics:  utilisez les alertes

Autre possibilité offerte par Google, il s’agit cette fois-ci de mettre en place des alertes sur Google Analytics.

Activez les Alertes puis utilisez l’assistant pour réaliser une alerte ad’hoc, par exemple pour surveiller une chute de visite anormale.

L’alerte ne sera signalée qu’une fois par jour, ce qui est loin d’être satisfaisant pour une surveillance efficace, mais qui peut servir d’alerte de secours si vous passez à coté du message de FeedMedic.

OVH :  Le coup de la panne

Petite parenthèse sur ce qui s’est passé : OVH surveille la consommation processeur (CPU) de ses abonnés en hébergement mutualisé, et lorsqu’un script – en l’occurrence un plugin WordPress – dépasse un seuil obscur et non communiqué aux clients, l’accès au site est simplement coupé !

Vos scripts consomment trop de CPU et surchargent nos serveurs

Après renseignement auprès du support, OVH semble trouver cette situation normale et justifiée, en s’appuyant sur un texte imprécis au possible dans les conditions de ventes.

Je vous informe que cela est bien précisé dans le contrat « Conditions particulières d’hébergement mutualisé ». En page 4 , article 7.2 de ce contrat il est stipulé :

Le Client a la possibilité de créer et exécuter ses propres CGI, PHP ou/et SQL sur son propre compte.
Cette utilisation doit être raisonnable. Toutefois, dans le but de fournir un service de bonne qualité, OVH se réserve le droit d’arrêter l’exécution de certains CGI, PHP, SQL ou/et du site s’ils prennent trop de puissance serveur et mettent en péril, indépendamment des cinq restrictions citées ci-dessous, le bon fonctionnement de la plate-forme d’hébergement mutualisé de OVH.

OVH fera son possible pour aviser les clients qui utilisent des scripts utilisant un trop grand pourcentage de ressources système avant de suspendre ceux-ci.
Par contre, si les scripts causent des problèmes aux autres clients ou que ceux-ci prennent beaucoup trop de ressources ils pourront être stoppés sans préavis.

Autant dire qu’avec de tels critères non quantitatif, c’est de la libre interprétation. Et coté client, aucun outil pour connaitre sa propre consommation, aucune information sur les seuils mis en place. Très moyen tout ça 🙂

  1. 08/03/2010 à 20:16 | #1

    Et tu paye en plus !

  2. 08/03/2010 à 22:52 | #2

    Pas cher heureusement, mais ce n’est pas une raison pour avoir un mauvais service.

    Faire les choses bien ne leur couterait pas plus cher que de laisser ce flou pour le moins source de conflit.

    C’est clair que si j’avais monté un site de commerce, avec un impact business derrière, que ce soit un hébergement mutualisé ou dédié, je n’aurais pas laissé passé ça et le ton serait vite monté.

    Je t’épargne le fil de discussion stérile avec le support commercial/technique qui ne dit finalement que la même chose : si vous utilisez « trop », on coupe pour ne pas pénaliser les autres.

    Autant il est normal de mettre des restrictions, autant il est anormal de ne pas en informer clairement les clients ni de leur donner les outils pour mesurer ces paramètres.

    Tu connais un hébergeur qui a pris la peine de faire les choses (bien) mieux ?

  3. 07/02/2012 à 16:30 | #3

    J’ai également été victime de cette vieille entourloupe ! Content de voir qu’il existe des sites la concernant directement..

    Bon courage

  1. Pas encore de trackbacks