Accueil > Social Media, Google > Google Wave : la collaboration de demain ?

Google Wave : la collaboration de demain ?

imagesGoogle Wave est la plateforme du futur de la collaboration, selon Google. Concentré d’email, messagerie instantanée, wiki, collaboration documentaire et gestion de médias riches, cette plateforme ouverte et extensible propose un protocole en Open Source qui va ravir les développeurs du monde entier, pour inventer et enrichir de nouveaux types d’applications.

Tout comme les créateurs de Google Wave, les développeurs ayant participé à la Google I/O 2009 sont semble-t-il « very exited », si j’en crois ce que je lis sur les blogs. Mais que se passe-t-il donc ?

Vous avez dit Wave ?

« Que serait le mail si on l’inventait aujourd’hui ? » C’est à cette question qu’a tenté de répondre l’équipe Google Wave (qui à créé précédemment Google Maps, excusez du peu !).

D’un premier abord, en regardant rapidement, cela ressemble à un client webmail enrichi, façon Gmail survitaminé au rich-média, une sorte d’email 2.0 … Pourtant en écoutant attentivement la présentation faite à Google I/O 2009, le concept devient plus clair… et plus compliqué à la fois.

Google Wave est une plateforme permettant de manipuler indifféremment du contenu de type messagerie instantanée, forum, wiki, conception de documents et publication de ces contenus dans des blogs, ou d’autres systèmes externes.

mailwaveL’idée est de centraliser le contenu dans un flot de communication homogène, organisé de façon hiérarchique, un peu comme les forums.

A l’inverse des emails, qui multiplient le contenu par autant de participants, Google Wave conserve le contenu de façon centrale dans un objet consultable et manipulable de multiples façons.

Cet objet appellé Wave est initialisé par un participant, à destination d’autres participants, humains ou « robots » – programmes ajoutant des fonctionnalité à la Wave, tel que la traduction instantanée.

Une Wave est donc similaire aux Thread (sujets) des forums de discussion et de Gmail.

Il est également possible de restreindre une partie d’une Wave à certains utilisateurs (Wavelet). Ce concept va très loin, puisqu’a l’intérieur d’une Wave, des discussions privées peuvent avoir lieu. Enfin, la portion la plus petite composant une Wave est appelée un Blip.

Les points forts

Wave peut s’utiliser pour faire de la conversation type forum / bbs, mais aussi pour travailler en commun à la création de document complexe. On peut par exemple utiliser plusieurs Wave comme source d’une Wave publiée, et lorsque les Wave sources seront modifiées, une nouvelle version de la Wave publique sera mise en ligne, à l’instar d’un outil de contrôle de source. La démonstration est impressionnante, Wave fait plus fort qu’un Wiki !

Transversalement à toutes ces formats de communication, un point fort de Google Wave est l’instantanéité de la communication. C’est vraiment bluffant, l’écriture dans un wave est affichée caractère par caractère pour tous les participant à ce wave, s’ils sont en ligne. De même pour les robots, qui corrigent l’orthographe ou traduisent, ils fonctionnent en temps réels, mot à mot.

Autre nouveauté de Google Wave,  une nouvelle notion appelée playback permet de relire l’ensemble de la Wave, comme un film, afin de suivre qui à fait quoi dans le contenu. Le playback peut être joué sur la totalité de la Wave, mais aussi uniquement sur les apports d’un utilisateurs ou une partie précise de la Wave. Impressionnant.

Autre nouveauté, c’est le drag & drop depuis l’ordinateur vers le navigateur. Finis les boutons « parcourir » ! On pourra simplement glisser les images ou fichiers du bureau vers une Wave… et donc potentiellement vers un blog. Cette fonction nécessite tout de même le recours à l’extension Gears , la fonction de drag & drop n’étant pas encore standardisée dans les spécifications de HTML 5.

L’intégration via des gadgets permet par exemple d’utiliser un robot pour intégrer ses tweets dans la Wave (on parle de Twave!), ou de saisir une url vers une vidéo et un robot convertira cette adresse en lecteur multimédia intégré.

La publication d’une Wave publique pourra constituer un article sur votre blog,  que vos lecteurs liront en temps réel au fur et à mesure de la composition de l’article ! Idem pour les commentaires, qui pourrons être ouverts à l’intérieur de la Wave, intégrés dans votre blog.

Apprendre les usages

Difficile de décrire un scénario type, tant les possibilités sont nombreuses. Un exemple amusant dans la présentation Google I/O 2009 est basé sur la façon dont un groupe d’ingénieurs Google a abordé une  discussion, sous forme de Wave bien sûr, autour d’un film à aller voir.

survey1Même les ingénieurs de Google ont instinctivement utilisé Wave avec les « vieilles » habitudes de la messagerie  instantanée, une personne posant la question et les réponses fusant hiérarchiquement.

survey2

Et puis ils se sont dit qu’il y avait une meilleur utilisation de Wave pour ce type de question autour d’un film;
Ils  ont alors transformé la discussion en un document commun, dans lequel chacun pouvait écrire son opinion et indiquer « manuellement » s’il comptait venir ou pas.

survey3C’était déjà mieux dans l’esprit, mais étant des ingénieurs Google, ils ont alors décidé de pousser plus loin et de développer un gadget qui permettait simplement de voter, tout en bénéficiant de la pateforme Wave pour le partage et l’interactivité.

Des soucis de jeunesse

Pour l’instant accessibles aux happy few participants aux Google I/O 2009, Wave est encore en cours de développement et n’est qu’en version très immature.

Les possibilités d’utilisation et d’intégration de ce produit sont véritablement infinies. Le plus gros des soucis actuellement est la robustesse nécessaire des navigateurs pour faire tourner Wave. Chrome passe le test haut la main, mais Firefox et Safari sont plus à la peine, même s’ils s’en sortent très bien. Les versions mobiles sont le point faible actuel, les temps de chargement rendent l’application actuellement quasi inutilisable. Mais l’équipe travaille dessus, comme tous les autres défauts actuel de Wave d’ailleurs.

Google Wave pour ma société ?

Google Wave ne remplacera probablement pas les systèmes de communication existants, mais pourrait potentiellement les compléter de par sa nature ouverte et extensible.

Reste aux entreprises deux questions importantes à se poser :

  • le délicat problème de la confiance, peut-on héberger à l’extérieur ses données potentiellement confidentielle ?
  • l’infrastructure réseau est-elle adapté à ces nouveaux usages ?

Quoi qu’il en soit, très nombreuses sont aujourd’hui les entreprises qui n’utilisent pas les Google Apps (ou qui même ne les connaissent pas !). Le cap à franchir pour cette nouvelle étape risque d’être pour elles insurmontable. A moins que Google Wave ne devienne le chainon manquant entre l’informatique classique et les outils web 2.0 en entreprise ?

La conférence Google I/O d’une heure 20 minutes

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks